Les enjeux de l’industrialisation

     Après le temps de la prise de conscience, celui de la mise en œuvre concrète des premiers projets de réindustrialisation a-t-il sonné ? Au sein du Groupe Althays, nous nous disons depuis longtemps déjà que nous n’avons plus vraiment le choix.

Tranquillité

1. Des évolutions et de nouveaux enjeux

Depuis 20 ans, nous voulons croire en notre savoir-faire industriel, jamais nous n’avons cessé de développer notre expertise et notre expérience au contact de nos clients industriels.Paradoxe de ces 20 dernières années, la France a subi la désindustrialisation la plus forte de tous les pays développés.

Aujourd’hui, l’industrie représente entre 10 et 11% du PIB contre 20 % en Allemagne. Des pans entiers de notre activité ont disparu comme la machine-outil, les appareillages dans les domaines de la santé. La vente de nos fleurons de l’industrie nationale comme Rhodia, Lafarge, Alstom, Alcatel sont les résultats d’une politique court terme et il s’agit bel et bien d’un drame avant tout stratégique. Notre dépendance à la Chine nous place dans une position dangereuse, comme le révèle cette crise.

Or, notre autonomie industrielle est la condition essentielle de notre souveraineté qui dépend de cinq domaines clefs : la défense, la santé-pharmacie, la finance, l’agro-alimentaire et les industries informatiques-numériques. Les grands systèmes d’exploitation sont tous américains, aucun n’est européen et 60 % des bases qui permettent de produire des médicaments viennent de Chine ou d’Inde. Le thinktank allemand CEP (Centrum für Europäische Politik) a publié en 2019 une étude ratifiant les divergences majeures des économies européennes de la zone euro : l’économie allemande, et dans une moindre mesure l’économie néerlandaise, ressortent nettement vainqueurs de l’union monétaire, tandis que les deux grands perdants sont l’Italie et la France.

2. Manufacturing, une conviction profonde au sein des équipes Althays

Dans ce contexte, la trajectoire du Groupe Althays pariant sur une stratégie résolument tournée vers le monde industriel a pu paraître parfois suicidaire alors que les médias nous annoncent en boucle la fermeture de sites industriels. Mais nos convictions restent les mêmes, la crise actuelle ne faisant que les renforcer.

Comment peut-on croire à une économie qui repose uniquement sur les services ? Comment ne pas voir la fragilité d’une telle orientation ?

Trop d’élites se sont sans doute convaincus que nous étions entrés dans un monde post-industriel, post-travail et qu’on pouvait laisser filer l’industrie sans que cela n’ait d’importance. Elles n’ont pas compris que les industries sont les activités avec la plus forte productivité et qui assurent la compétitivité globale du pays, se laissant aller au nouveau monde « fascinant » des start-up et de ses modèles économiques trop souvent éphémères. Le constat a de quoi être amère car les conséquences sociales sont sans appel, un million d’emplois industriels ont été détruits entre 2000 et 2016. Difficile de ne pas faire un lien avec la fracture sociale incarnée par le mouvement de révolte au cours de ces derniers mois.

Alors, nous n’avons pas, plus vraiment le choix, la réindustrialisation est une obligation mais elle doit également nous ramener à nos propres paradoxes. Sommes-nous prêts à payer un produit fabriqué en France qui respecte les normes environnementales car est-ce raisonnable de s’en remettre totalement au bon vouloir d’autres pays sur un tels sujet ? Sommes-nous prêts à soutenir des programmes de formation pour accompagner les salariés dans des métiers dont l’innovation est la condition majeure ?  Sommes-nous prêts à soutenir une politique qui s’emploiera à rendre attractif des territoires sinistrés ? Allons-nous supporter la honte de ne nous mettre en danger par notre incapacité à produire un produit tel qu’un masque ? Allons-nous supporter encore longtemps d’avoir sacrifié le savoir-faire de nos ouvriers, techniciens et ingénieurs ?

3. Relevons le défi ensemble

Au sein du Groupe ALTHAYS, nous voulons croire en la capacité de notre pays à relever ce défi immense mais essentiel de la réindustrialisation. Nous avons, au cours de ces 20 dernières années, suivi la trajectoire de nos convictions alors, aujourd’hui, plus que jamais nous sommes décidés à poursuivre dans cette voie en vous proposant des services et des solutions innovantes pour une industrie Française conquérante !

Sources : Hugo Soultra – Le courrier des maires – 13/03/2020 / Christian Saint-Etienne – Loïk Le Floch-Prigent – Charles Reviens – Atlantico – 06/04/2020

Découvrez Coraly, l’expertise manufacturing du Groupe Althays

Un projet en tête ? Une question ?

Share This